Que se passe-t-il aux CARSEC ?

July 24, 2017

carsec

Le rapport spécial de L’ONU sur la torture en Mauritanie en février relevaitau CARSEC des mauvais traitements sur mineurs qui pouvaient être qualifiés de torture. Le CARSEC c’est le centre de réinsertion sociale fermé où des mineurs en conflit avec la loi sont placés par décision de justice plutôt que de passer par la case prison. Le CARSEC de Nouakchott a été ouvert en 2009, celui de Nouadhibou, financé par l’Union Européenne, a été inauguré le 26 novembre dernier. Ces deux CARSEC, adossés à une législation mauritanienne sur la justice des mineurs en pointe en Afrique, sont les vitrines des droits de l’homme du gouvernement mauritanien. L’UNICEF a depuis toujours apporté son soutien à cette structure, accompagnée par Terre des Hommes l’une des ONG internationales les plus réputée internationalement sur la question des droits de l’enfance. La presse mauritanienne a déjà, à plusieurs reprises, pointé du doigt la question du CARSEC et notamment celle de son directeur Mohamed Vall Ould Youssouf, personnage connu du grand public, dont on ne sait pas sur quels critères de compétence humaine ou technique il a été nommé à la direction de ces centres. Le budget du CARSEC pour 40 enfants en moyenne, correspond au tiers de celui de toute l’administration pénitentiaire pour 2000 détenus. Il est même envisagé de confier à Mohamed Vall Ould Youssouf la responsabilité de la prison pour mineurs construite à côté du CARSEC de Nouakchott. Ce Monsieur, griot du régime, dispose ainsi de moyens importants de l’Etat.

Quels sont les faits en notre possession ? Mi février, le tout nouveau mécanisme national de prévention de la torture (MNPT)s’est rendu au CARSEC de Nouadhibou après sa saisine urgente parTerre des hommes Italie sur des allégations graves de maltraitance. A notre connaissance, il s’agit de la première intervention du Mécanisme. Le rapport spécial de l’ONU sur la torture en Mauritanie n’était pas encore public à cette date. Pourquoi cette précipitation ? Quelle suite donnée par le MNPT ? Deuxième élément, à la même date que la saisine du MNPT, un signalement a été déposé auprès du Procureur de la République de Nouadhibou pour des allégations extrêmement graves de violences sexuelles sur des enfants. Là aussi, un lien avec le rapport sur la torture de l’ONU ?

Dernier élément factuel, en novembre dernier sur le site de developmentaid, on lit que l’union européenne a lancé une évaluation sur « la nature et le volume du contentieux » liée au CARSEC en Mauritanie. Les évaluateurs, si l’on en croit l’annonce ont rendu leur rapport début février. Que dit ce rapport ? Les deux parlementaires européens en visite en Mauritanie mi février, ont ils évoqué le sujet avec le ministre de la justice au moment où l’UNICEF a annoncé l’arrêt de son financement au CARSEC ? Après la remise du rapport de l’Union Européenne, le ministre de la justice a reçu l’ambassadeur de l’Union Européenne et une commission spéciale interne a été créée. Pourquoi ?

Beaucoup de question autour de ce qui ressemble à un énorme scandale d’Etat humain que les acteurs impliqués (gouvernement, Union Européenne, UNICEF) semblent vouloir circonscrire pour qu’il n’aille pas dans l’espace public.